INGRID PEYROT, RESPONSABLE FONCIER, VINCI AUTOROUTES, RÉSEAU ESCOTA

 

Ingrid PEYROT
VINCI Autoroutes

Responsable Foncier - Réseau ESCOTA

 

Vous êtes Responsable Foncier ; concrètement quelles sont vos missions, quel est votre rôle sur le projet d’élargissement de l’autoroute A52 ?

Ma mission consiste à gérer le patrimoine foncier au titre de la concession et de l’activité autoroutière. En effet, en sa qualité de concessionnaire de l’État, ESCOTA doit rendre compte à l’État, notre concédant, de la gestion du domaine public autoroutier concédé qu’elle exploite. Nous devons assurer la délimitation de l’assiette foncière de la concession en fonction des besoins et des contraintes d’aménagement et d’exploitation du réseau autoroutier qui nous est donné en concession. Dans ce cadre, notre équipe est en charge de toutes les procédures d’acquisition de tout bien immobilier ou tout terrain susceptibles d’être nécessaires à nos projets mais aussi de tout ce qui est cession de terrain déclaré inutile à l’exploitation. Appliqué au projet d’élargissement de l’autoroute A52 entre Pas de Trets et Pont-de-l’Étoile, cela signifie que le service foncier travaille à l’obtention de la libération foncière des terrains essentiels à la réalisation des aménagements prévus au projet par le biais d’acquisitions amiables et de la procédure très spécifique d’expropriation. Pour cette opération, nous sommes parvenus à une majorité d’accords amiables convenus avec des propriétaires privés, des institutionnels, des communes, le Département et la SNCF.

 

Pour vous, Responsable Foncier, quels sont les enjeux, les particularités de ce projet ?

Nous étions en cours de négociation d’acquisitions foncières par voie amiable, lorsque l’intervention du contrat de plan nous a conduits à accélérer la mise en œuvre des procédures d’expropriation. À partir de l’arrêté de la loi sur l’eau obtenu le 4 janvier 2017, nous disposions désormais d’un délai contractuel de 30 mois pour mettre en service le projet. Nous avons donc travaillé en direct avec les intervenants des différentes entités administratives impliquées dans la procédure d’expropriation - les préfectures, la juridiction de l’expropriation, le service des domaines – pour qu’ils délivrent les autorisations à des dates bien précises de manière à ce que tous les éléments soient réunis pour pouvoir obtenir les expropriations dans des délais compatibles avec notre objectif de mise en service.

 

Combien de personnes travaillent dans votre équipe ?

L’équipe du service foncier local est constituée de 4 personnes. Pour travailler sur ce projet, nous nous sommes adjoints les compétences de consultants fonciers, de géomètres, d’avocats pour la partie expropriation pure et de notaires chargés de concrétiser les actes d’acquisition selon des calendriers parfois contraignants. Dans ce contexte, nous intervenons bien évidemment en support de la direction d’opérations A52, sous l’impulsion de mon collègue Gérard KHODJA qui en est le directeur. Au final, une petite dizaine de personnes en interne et en externe ont œuvré sur ce projet.

 

Quel est votre parcours professionnel ?

Issue d’une formation juridique, après une première expérience dans le marketing et la promotion commerciale, j’ai intégré la société ESCOTA il y a près de 20 ans. J’ai eu l’opportunité d’occuper successivement différents postes au sein du service foncier qui m’ont permis d’évoluer progressivement vers le poste de Responsable foncier que j’occupe actuellement.

 

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce métier ?

La multiplicité des contacts que mon métier m’amène à nouer tant avec les riverains de l’autoroute, les acquéreurs potentiels de nos terrains délaissés, les propriétaires fonciers, qu’avec les collectivités, les administrations, les représentants des services de l’État, les juridictions, les techniciens, les experts fonciers, les notaires, les avocats est pour moi une source quotidienne d’enrichissement. De même, alors que mon métier exige de consacrer une part importante du temps à la gestion administrative des procédures, il offre par ailleurs un aspect très concret qui implique de se rendre sur le terrain des dossiers : ce caractère duplice me satisfait plus particulièrement.