FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES À LA BOUILLADISSE : LA TERRE LIVRE SES SECRETS DU NÉOLITHIQUE MOYEN AUX ARCHÉOLOGUES

Entre juin et septembre 2018, le chantier d’aménagement de l’autoroute A52, sur la commune de la Bouilladisse, a laissé place à une équipe d’archéologues de l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) pendant un peu plus d’un trimestre, pour réaliser des fouilles archéologiques au niveau de la future zone de champ d’expansion des crues, sur une surface de 9 300 m².

Ces fouilles se déroulent principalement en trois étapes :

  • décapage de la zone à l’aide d’engins mécanisés pendant 14 jours avant les fouilles ;
  • puis, fouilles du sol pendant 56 jours ;
  • et enfin, une période post fouilles qui s’étend de fin septembre 2018 à fin septembre 2020 (2 ans).

Plusieurs échantillons d’objets datant de l’époque du néolithique moyen (située aux environs de – 4 500 à –  4 000 avant notre ère) ont été découverts et prélevés pour analyses.

Parmi eux, on relève :

  • du bois brûlé, recouvert de pierres blanches, souvent en forme de foyer circulaire (photos 3, 5 et 6 - au moins 2 ont été découverts sur la zone de recherches) : était-ce une cuisinière ?
  • des trous qui devaient contenir des poteaux pour former une structure avec toit (photo 4) : cette zone, située vers le Merlançon, était une base-vie. À cet endroit, on cuisinait certainement, et l’on dépeçait le poisson, la viande, …
    Les habitations étaient situées plus haut en raison du risque d’inondation élevé.
  • une fosse contenant des céramiques décorées du Néolithique moyen,
  • des sédiments ont été prélevés, puis tamisés : ils feront l’objet d’analyses paléo-environnementales (niveau potentiellement riche en restes organiques) ; les céramiques et pierres chauffées seront aussi observées afin de rechercher d’éventuels résidus alimentaires.
  • un chenal aménagé contenant des silex et des petites pierres (photos 7 à 9).